Les avantages environnementaux des matières bioplastiques

Logo natureplast

Le principal intérêt et avantage à utiliser des bioplastiques est leur capacité à améliorer l’impact environnemental d’un produit.

  • Réduction de l’émission de gaz à effet de serre
  • Economie de ressources fossiles
  • Possibilité d’utiliser une ressource locale
  • Valorisation des co-produits

D’une manière générale, les bioplastiques contribuent à améliorer l’impact environnemental des produits de deux manières :

  • L’utilisation de ressources renouvelables pour la fabrication des monomères : permet une diminution de l’utilisation de ressources fossiles et des émissions de gaz à effet de serre.
  • Leur caractère biodégradable  qui offre une option supplémentaire pour la fin de vie des produits et qui permet une diminution des volumes de déchets.

Intérêt des ressources renouvelables et de la biodégradation

Le développement économique des pays industrialisés a largement reposé sur l’exploitation intensive de ressources non renouvelables. Aujourd’hui, face à l’amenuisement des ressources fossiles et à l’augmentation du coût de leur extraction, les ressources végétales renouvelables constituent une proposition alternative durable. Les bioplastiques, qui incorporent des matières végétales dans leur fabrication, font partie d’une nouvelle génération de matériaux appelés plastiques biosourcés. Leur développement a permis de créer de nouvelles passerelles entre les filières agricoles, chimiques et la plasturgie, s’inscrivant dans une gestion durable de nos ressources.

Leur caractère biodégradable  offre une option supplémentaire pour la fin de vie des produits et qui permet une diminution des volumes de déchets.
Saving fossil

Impacts environnementaux

L’impact environnemental des polymères (ou d’autres produits) est mesuré et analysé dans le cadre d’Analyses de Cycle de Vie (ACV) (https://fr.wikipedia.org/wiki/Analyse_du_cycle_de_vie). Cet outil d’aide à la décision permet de recenser, de quantifier et d’évaluer les impacts environnementaux sur l’ensemble des étapes du cycle de vie d’un produit, de l’extraction des matières premières jusqu’à sa fin de vie. 

La série de normes ISO 14040 (lien externe ISO 14040) répertorie les bonnes pratiques de réalisation d’une ACV et garantit ainsi la robustesse des résultats.

 

L’utilisation des bioplastiques d’origine végétale en substitution aux polymères d’origine fossile permet souvent de diminuer de manière importante l’empreinte carbone des produits selon les applications. Généralement, ces analyses démontrent les bonnes performances des polymères biosourcés en matière d’émission de gaz à effet de serre et d’économie en ressources fossiles.

Ces aspects peuvent encore être améliorés en comparaison à la situation actuelle. En effet, la biomasse utilisée jusqu’à maintenant est principalement « noble » et souvent le fait de cultures dédiées.

Dans certains cas, des coproduits comme la mélasse issue de la canne à sucre sont déjà valorisés pour la production de polymères biosourcés (dans ce cas, le PET biosourcé).

L’utilisation de coproduits et de déchets de différents secteurs est aujourd’hui investiguée dans de nombreux projets, aussi bien à l’échelle locale ( COPROPLAST) qu’européenne (URBIOFIN).

Ces développements doivent faire l’objet d’industrialisation dans les années qui viennent avec toujours comme objectif de favoriser la valorisation de la biomasse dans une démarche d’éco-conception et d’économie circulaire.