Les avantages techniques des matières bioplastiques

Logo natureplast

Les propriétés des matériaux bioplastiques sont souvent caricaturées comme étant très inférieures à celles des polymères conventionnels.

Il existe effectivement des différences pour certains matériaux qui nécessitent des adaptations que ce soit au niveau de la transformation ou des propriétés d’usageD’autres possèdent exactement les mêmes capacités, voire surpassent celles des matériaux pétrosourcés comme le Polyamide-11 par exemple.

Plusieurs types d’avantages techniques peuvent être observés grâce à l’utilisation de bioplastiques :

  • Propriétés intrinsèques
  • Biodégradabilité
  • Nouvelles fonctionnalités

Propriétés intrinsèques 

Le Polyéthylène furanoate (PEF) est un exemple concret d’avantages techniques pouvant être obtenus avec l’utilisation d’un bioplastique. Il s’agit d’un nouveau polymère qui arrivera sur le marché aux environs de 2020 en concurrence du PET avec les caractéristiques suivantes :

  • 100 % biosourcé et toujours transparent et recyclable : usage et fin de vie identique au PET.
  • 10 fois plus barrière au dioxygène et 2 fois plus barrière au dioxyde de carbone et à la vapeur d’eau : permet par exemple une diminution des épaisseurs de parois pour des emballages (bouteilles de boissons gazeuses).
  • La température de transition vitreuse (Tg) est plus élevée de 12 °C et permet ainsi le remplissage à chaud, chose impossible avec un PET amorphe standard.
  • La température de fusion est plus basse de 30 °C, permettant un gain énergétique en transformation.

Biodégradabilité 

Cette propriété permet d’apporter de nouvelles fonctionnalités appréciées des industriels. En effet, il peut être intéressant de fabriquer un produit possédant une durée d’utilisation donnée et qui pourra suite à celle-ci se biodégrader dans son milieu d’usage de manière non polluante pour l’environnement. Le principal exemple aujourd’hui dans le domaine de la plasturgie est le film de paillage agricole : il a pour principales fonctions de réguler la température des sols tout en conservant une relative humidité permettant ainsi une meilleure pousse de la végétation. Il est aujourd’hui possible de fabriquer ces films de paillage avec des polymères biodégradables. L’avantage est ici double :

    • Le cultivateur peut laisser en sol les fragments de film une fois son usage assuré afin qu’il finisse de se biodégrader, s’évitant ainsi la tâche de ramassage et de traitement d’un film qui ne serait pas biodégradable.
    • Enrichissement du sol en matière organique et nutriments grâce à la biodégradation du paillage.

D’autres exemples peuvent également être donnés tels que les clips pour les vignes, les liens pour l’horticulture (tomates, etc.) ou dans le domaine de la chasse (cartouches, etc.) ou des artifices (voir projet MATADORE).

Nouvelles fonctionnalités

Cette propriété de biodégradabilité peut être également mise à profit pour conférer de nouvelles fonctionnalités au produit. Il est ainsi possible d’incorporer des additifs d’intérêt qui pourront être libérés au cours de l’usage ou en fin de vie du produit. La biodégradation devient donc un atout technique d’usage et non plus de fin de vie.

De manière non exhaustive, les fonctions suivantes peuvent être obtenues :

    • Attraction (nuisibles, insectes, etc.)
    • Répulsion (nuisibles, insectes, etc.)
    • Nutrition (végétaux, etc.)
    • Dépollution (eau, sol, etc.)