NaturePlast – BiopolyNov : rétrospective 2017

NaturePlast-BiopolyNov a connu en 2017 une évolution importante de son activité sur 3 principaux points :
– L’intégration de nouveaux investisseurs,
– L’acquisition de sa première ligne industrielle de compoundage,
– L’élargissement de notre gamme de biocomposites issus de coproduits développée par l’entreprise.

 

Intégration de la coopérative AGRIAL dans notre capital

Agrial est une coopérative agricole regroupant 14 000 agriculteurs adhérents qui transforme et commercialise leurs productions dans 4 domaines d’activités : le lait, les légumes et fruits frais, les boissons et les viandes. D’origine normande, Agrial s’est régulièrement développée depuis sa création pour devenir l’un des trois premiers groupes coopératifs agricoles français, présent en Europe, en Afrique et aux États-Unis.

Dans le but d’élargir et de créer des synergies d’activités, Agrial a ainsi rejoint les investisseurs de NaturePlast fin 2017. Un des principaux objectifs d’Agrial est de travailler avec NaturePlast sur la valorisation de ses déchets et coproduits débouchant sur la production de nouveaux matériaux plastiques biosourcés et/ou biodégradables.
Dans le cadre d’un développement local promouvant l’économie circulaire, l’objectif porte ensuite sur la fabrication de produits ou d’emballages pouvant intégrer différents secteurs d’activité du groupe, allant des activités agricoles (films de paillage, pots de fleurs, attaches de plans, etc.), jusqu’aux produits alimentaires commercialisés auprès des consommateurs (sachets, barquettes, bouteilles, bouchons, etc.).

NaturePlast travaille ainsi depuis plus de 2 ans en R&D en partenariat avec Agrial sur la fabrication de biocomposites intégrant bioplastiques et coproduits ou déchets du groupe (céréales, fruits, légumes, etc.). Ces travaux sont menés au travers du projet COPROPLAST, financé par la région Normandie et les fonds FEDER et ayant donc pour objectif de développer des nouvelles matières bioplastiques pour les besoins d’Agrial et plus largement pour la plasturgie.

La puissance du groupe Agrial, la finalisation des travaux de R&D sur la valorisation de leurs coproduits, va amener NaturePlast à mener à court terme des projets industriels encore plus ambitieux nous permettant d’accompagner l’évolution du marché des bioplastiques et de leur réglementation en Europe et en France (interdiction en 2017 de certains sacs plastiques, de produits à usage unique de type coton tige ou vaisselle jetable en 2020, etc.).

 

 

 

Acquisition de notre première ligne industrielle de compoundage

L’évolution de l’activité de NaturePlast depuis maintenant plus de 10 ans a permis en 2017 d’accroitre le parc équipements de mise en œuvre et de caractérisation des matières bioplastiques.
Ainsi en complément de l’extrudeuse bi-vis servant aux développements de formulation du centre de R&D BiopolyNov, NaturePlast a investi dans une première compoundeuse industrielle bi-vis adaptée aux besoins de notre activité et de nos marchés applicatifs.
Cette ligne de compoundage a été conçue afin de produire aussi bien des compounds bioplastiques à partir de matières premières et d’additifs (sous forme de granulé, de poudre ou de liquide) que de biocomposites contenant des fibres ou des coproduits qui demandent bien souvent une plus grande technicité pour leur mise en œuvre. Les systèmes de dosage, de granulation, de séchage ainsi que les possibilités de modification des profils de vis ont été développés en concertation avec un cabinet d’expertise et les fabricants d’équipements.
Cette première ligne industrielle sera amenée à être dupliquée à court terme par d’autres équipements encore plus importants en termes de capacité de production afin de répondre aux marchés à venir.

 

 

 

 

Valorisation de coproduits dans la plasturgie

NaturePlast produit et commercialise depuis 2015 une gamme de biocomposites chargés en coproduits (ex : issues de céréales, coquillages, coques, noyaux, etc.) et fibres végétales (ex : chanvre, lin, bois, etc.).

Ces charges proviennent pour la majorité du territoire français, l’objectif étant d’incorporer des coproduits ou déchets locaux dans différents polymères afin de travailler dans le cadre de l’économie circulaire et de la valorisation des déchets.

Les filières retenues l’ont été pour leur viabilité industrielle, en termes de volumes et de qualité (reproductibilité des lots) et leur pertinence environnementale. Ces coproduits proviennent principalement des industries agroalimentaires, de type coquillages, algues, fruits et légumes, etc. et du monde agricole comme les fibres végétales (bois, lin, chanvre, miscanthus, roseau, bambou) et les issues de céréales (blé, maïs, etc.).

Les biocomposites innovants résultant de ces travaux présentent également un avantage environnemental du fait de la valorisation de déchets ou coproduits dans de nouveaux matériaux, pouvant par exemple être réutilisés par le producteur du coproduit : la génération d’un déchet peut servir à la fabrication d’un produit ou emballage utilisable par l’entreprise (ex : utilisation des coproduits chanvre afin de produire des poteaux de clôture).

Ces biocomposites permettent d’autre part des designs très atypiques ne pouvant par exemple pas être obtenus par une simple coloration. La différenciation pour les industriels et les consommateurs est donc immédiate à la vue du produit développé contrairement à la plupart des matières premières bioplastiques dont l’aspect se rapprochera beaucoup plus des polymères conventionnels.
La liste des produits disponibles est non exhaustive, de nouvelles filières de coproduits pouvant être identifiées et validées en fonction d’un besoin précis.

 

valorisation-coproduit1